18/12/2010

Entretient avec Heinz Nordhoff

sp55_33.jpgPASSION POUR VOTRE VOITURE
entretient avec Heinz Nordhoff

Né en 1899 à Hildesheim, il étudie le génie mécanique à Charlottenburg où il obtient son doctorat. Il commence en 1930 chez Opel à Rüsselsheim. En 1939 il est envoyé aux États-Unis auprès de General Motors. De 1941 à 1945 il est Directeur de « Brandebourg Opel-Werke ». Au début de 1948, les Anglais le nomme Directeur général de l'usine Volkswagen.
 
« J'aimerais beaucoup lire, faire pousser des fleurs, collectionner des tableaux impressionnistes si dans les faits mon plus grand hobby, à savoir de construire des automobiles, ne m’emprisonnait corps et âme »
 
Il faut savoir que construire des voitures n'est pas une profession mais une passion. Celui qui ne voit que la profession, pourrait aussi fabriquer des machines à coudre ou du mobilier de bureau mais pas avec le même succès que dans l’automobile. Je ne prétends pas être en mesure d'expliquer ce phénomène, je note le fait. Que ce soit la variété des problèmes, la quantité des questions encore en suspens ou encore les possibilités non utilisés - l'industrie automobile est plus nerveuse, moins stable que la plupart des autres, elle est le baromètre des problèmes d’économie, elle est l'élément optimiste et dynamique dans l'industrie, elle est un moteur sans précédent de l'économie et la prétendante pour un grand nombre d'industries qui vivent avec elle, d'elle, pour elle. Encore une chose: rien n'est aussi fort que le sentiment de liberté personnelle que procure la voiture - c'est probablement la plus grande source de fascination.
…..
L'industrie automobile américaine est de plus en plus lointaine et exotique pour nous maintenant.
C’est à pâlir d'envie et d'admiration sans réserve quand nous voyons les finitions et les caractéristiques de ces "salon sur roues". Il ya des solutions fascinantes, mais aussi des fautes de goût incroyable.
….
Mais la démesure de ce développement est de plus en plus claire : on ne peut pas rendre les voitures chaque année plus larges de 10 cm et plus longues de 25 cm. Il y aura un jour une fin naturelle. Dans la plupart des pays, ces 7 m de long et 2 m de large sont déjà difficile à conduire : les cauchemars de l'espace de stationnement, les virages serrés, les rues étroites des vieilles villes. Sans parler de la consommation d'essence. Ce n’est pas tellement la taille du moteur, mais le poids du véhicule qui l’influence nettement. Car le poids en kg divisé par 100, donne la consommation en litres par 100 km avec une précision qui doit être décevante pour ceux qui arrive au même résultat par de longues formules mathématiques.
En Europe, nous nous efforçons de fabriquer des petites voitures. Pas comme une solution de contournement des effets secondaires typiques des pires moments de pénurie d'après-guerre, mais comme une vrai petite voiture pleine de fonctionnalités. Je ne connais pas de meilleure solution que la Volkswagen. Ce n'est pas la pénurie de matériaux sur le marché intérieur et le carcan de restrictions à l'exportation mis en place, qui empèchent d'innombrables Volkswagen de trouver acheteurs.
 
Si le Troisième Reich a sous-estimé les coûts d’entretient en comparaison au prix d’achat de la Volkswagen, ces coûts de fonctionnement sont encore beaucoup plus déterminant.
Partout dans le monde, les dépenses publiques sont en hausse, ce qui augmente le montant des budgets publics. Par crainte de l'impopularité des hausses d'impôts directs on voit une augmentation des impôts indirects sur différents articles. Ces articles populaires comprennent l'alcool, le tabac et l'essence. Depuis que je suis non-fumeur, cela ne me concerne plus, pour l'alcool, je m'inquiète, mais par contre, la poursuite de la taxation de l'essence m'apparait presque comme immoral. d'autant plus que le prix de l’essence ne cesse de grimper partout dans le monde. Une taxe sur les véhicules automobiles comme impôt sur la consommation serait beaucoup plus logique que cette mesure fiscale techniquement absurde et injuste vis à vis de la cylindrée. Résultat de ce qui précède, la consommation de carburant est essentielle dans le développement et le succès d’une voiture. Dans cette course à la consommation, la seule course de voiture intéressante et importante, la Volkswagen, avec moins de 7,5 litres par 100 km, est en excellente position.   
 
Heinz.jpgJe m’excuse de trop parler « boutique », mais vous avez voulu entendre mon opinion personnelle et les voitures font l’objet de bien de mes discussions.
Le personnel est une autre partie attrayante et forte satisfaisante de mon travail, plus sérieuse et responsable. Une grande usine, c’est une population de plusieurs milliers ( 8000 ) de destins individuels, de soucis, de joie, de besoins. Mon soucis est de les rassembler et de les emmener vers une réussite commune, d’être présent dans les bons et mauvais jours, leur expliquer les choses, pour leur donner, au moins une image partielle de ce qui détermine leur bonheur et malheur.
Au risque de décevoir les partisans du combat de classe, je ne me suis jamais senti dans une relation d’employeur à employé, d'entrepreneur à travailleur. J’ai moi-même été assez longtemps ouvrier pour savoir très exactement la façon dont se déroule la vie quand on gagne 1 DM de l’heure.
Chacun de ces hommes, sur les lignes de montage et dans les ateliers d’usinage, constitue le corps d’une grande usine, au même titre que les ingénieurs, les acheteurs, etc.. et enfin le « patron »
 
Je vois la vie dans cette organisation avec sens et respect. Pas du tout comme un jeu de pions. Loin de la tendance typiquement allemande à commander et obeir, pour terroriser. Mais plutôt comme une belle responsabilité ou l’équité et l’objectivité scrupuleuse sont quelque-uns des facteurs qui constituent une telle tâche. J'ai le sentiment d'être en accord avec mes 8000 collaborateurs. 
 
magazine Der Spiegel
06/11/1948
Info: Philar

11:59 Écrit par Mike | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.