11/05/2010

Karl Meier (2)

...

Après la faillite de Schwen, l’usine Volkswagen n'est pas chaude à l’idée de le(s) reprendre et Meier crée sa propre entreprise dans un hangar en bois. Comme capital de départ : 50 Reichsmark (les nouveaux) et comme équipement : une machine à coudre et quelques sièges VW. Toute la famille participe selon ses moyens, son fils Klaus peint les armatures de sièges après l’école. Ces armatures sont ensuite recouvertes d’un tissu « poivre et sel ». Rien n’est perdu, les chutes servent même à confectionner les vêtements pour l’école. Ce modèle est tellement populaire que Meier décide de le faire déhoussable et rapidement l’entreprise compte 30 couturières et une quinzaine de Volkswagen à habiller par jour. Le succès grandissant amène Meier à trouver des industries capable de produire en grande quantité et à meilleur prix. Il peut alors ce concentrer sur d’autres idées touchant principalement le design intérieur. Certaines ont tellement de succès qu’elles ont été adoptée sur le modèle de série, comme la pédale d’accélérateur qui remplace la roulette.

En 1952, c’est la naissance officielle de…. KAMEI (KArl MEIer), cette année la Cox perd une de ses deux boite à gants, Meier comprend que les utilisateurs n’ont plus assez de place de rangement, il met sur le marché le vide poche en bambou !

 netzablagefach

Depuis ses débuts avec les housses se sièges,  Meier n’a cessé d’innover dans le confort et la sécurité, on lui doit notamment, les poches latérales, la doublure de coffre, un porte chapeau, mais aussi le siège réglable (breveté). Il est le premier fabricant à fournir des appuis-tête de sécurité, aujourd’hui obligatoire dans les voitures du monde entier.

1953 voit la sortie du premier spoiler avant. Dans les derniers jours de la guerre, Meier a eu l’occasion de se familiariser avec l’aérodynamisme via la fabrication des ailes d’avion chez Junkers. Cette expérience lui sert pour développer l’aileron avant.

 Spoiler
La tenue de route de la cox à plus de 100 km/h devait être améliorée par cet accessoire en alu (en réalité, c’est tout le contraire). Pour vendre son produit, Meier se rend au salon de Genève mais les fonds manquent pour être exposant, Meier s’installe tout simplement dehors sur quelques mètres carrés.

Pour tester ces inventions sur le public, Meier envois régulièrement son fils sur le parking de l’usine VW, si le produit suscite de l’intérêt par les ouvriers de l’usine, Meier estime qu’il mérite d’être commercialisé sans risques.

 En 1964 sort le volant « Avus », pour lutter contre les vibrations sur un volant en matériaux dur, brulant au soleil et glacial en hiver, Meier commercialise un volant recouvert de mousse respirante, le Porotherm. Ce volant souple est disponible en six couleurs et rencontre un énorme succès avec plus de 100 millions d’exemplaires vendu. Aujourd’hui encore, il fait partie de la gamme et en fait le volant le plus vendu au monde.

 Avus

13:49 Écrit par Yvre dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : oldies |  Facebook |

Commentaires

Très instructif. J'ai appris des choses aujourd'hui.
Merci Yves ;-)

Écrit par : Fred | 11/05/2010

De rien... Mais c'est à Philär qu'il faut dire merci!

Écrit par : yvre | 11/05/2010

oui, moi aussi, j'ai appris quelque chose en vous lisant. (c'est pas comme dans certains magazines que je lis depuis 15ans)

Écrit par : Jean | 12/05/2010

Merci pour ces infos !

Écrit par : Nico86 | 13/05/2010

Sympa et intéressant.Merci a vous tous.


Écrit par : madfrog | 17/05/2010

Les commentaires sont fermés.